Elodie

Tea Heritage

L’art de créer et d’inventer
Elodie
J’aime les défis : c’est ce qui me motive. un produit qui n’existe pas, un outil pour les produire qui n’avait jamais été pensé, inventer un sachet de thé à l’image d’une entreprise : c’est ce qui me fait me lever le matin.

En 2013, Elodie, 19 ans, étudiante, recherche des sachets de thé en forme de cœur pour fêter la Saint-Valentin. Impossible de mettre la main sur ce qu’elle souhaite. Alors, elle va les créer elle-même. Un peu de patience, beaucoup de dextérité, et le tour est joué ! La Saint-Valentin sera soignée jusqu’aux derniers détails. Ses petits sachets de thé uniques sont vite convoités par son entourage. Encore étudiante en gestion d’entreprise et marketing international, Elodie décide de créer sa petite entreprise de création de sachets de thé pour arrondir ses fins de mois. Elle dessine, découpe, coud dans son atelier à Lyon et envoie directement ses sachets de thé à ses clients qui ont commandé en ligne.

L’importance des visuels

Très photogéniques, les produits de Tea Heritage se prêtent particulièrement à l’utilisation d’Instagram. ’Les sachets de thé sont très visuels. ‘Les photos partagées via les réseaux sociaux nous ont donné beaucoup de visibilité et on a commencé à avoir de grosses commandes (500, 1000 sachets de thé) pour des entreprises.’ Elodie, qui avoue avoir été surprise quand les entreprises ont commencé à s’intéresser à son produit, a vu son chiffre d’affaire augmenter de 70% quand elle a commencé à publier les photos de ses sachets de thé sur Instagram.

Les difficultés des grosses commandes

C’est cette explosion des commandes qui confronte Elodie à ses premières difficultés : comment produire autant de sachets de thé en conservant la qualité et le savoir-faire qui caractérisent Tea Heritage ? A raison de 3 minutes de fabrication pour 1 sachet, la tâche commençait à être compliquée. ‘On a téléphoné à toutes les entreprises de production de sachets de thé possibles, qui nous ont envoyés vers une entreprise Japonaise. Ces derniers ne pouvaient pas répondre à notre demande, mais nous ont conseillé un moule capable de sonder un tissu à l’ultra-son. Nous avons fini par trouver quelqu’un, au bout de 6 mois de recherches.’ En parallèle, les commandes continuaient à affluer. ‘J’ai failli baisser les bras et tout laisser tomber’ avoue Elodie.

Ne jamais baisser les bras

Après six mois passés à chercher puis enfin à élaborer l’outil qui lui permettrait d’industrialiser sa production pour se développer sans pour autant tirer un trait sur la qualité des produits, Elodie a dû développer ces outils grâce à une campagne de financement en ligne. La morale de cette histoire ? ‘Etre persévérante ! Ne jamais baisser les bras, et continuer à chercher et à inventer, même lorsqu’on nous dit que c’est impossible.’ déclare Elodie

Continuer à se développer

Aujourd’hui, la fondatrice de Tea Heritage est heureuse que son entreprise fonctionne. Elle qui se voyait en agente export s’épanouit grâce à Tea Heritage. Elle continue à la développer chaque jour, notamment grâce à Facebook et Instagram qui lui apportent une visibilité qualifiée. Après la France, les Etats-Unis – conquis via Instagram -, la Suisse – ciblée via Facebook, Elodie vise les Pays-Bas. En parallèle, elle fait partie de la Commission Européenne à Bruxelles pour encourager les entrepreneurs /-euses comme elle. Ce qui la motive au quotidien? Les défis à relever, et les futurs sachets de thé à inventer.

Article précédent Article suivant